Cake au thé matcha et au Nutella

•22/07/2011 • 3 commentaires

Comme j’aime beaucoup le thé matcha, j’ai eu envie de faire un gâteau simple et bon avec. Et comme toute petite j’adorais les cakes marbrés (oui industriels, honte sur moi ^^), je voulais en faire un et il me fallait donc une 2e saveur. Comme le matcha est très parfumé mais assez amer, je voulais quelque chose de doux et sucré, parfumé mais pas avec un arôme aussi fort que le chocolat. J’ai donc choisi le Nutella!

Voilà la recette :

  • 125g de beurre
  • 125g de sucre
  • 3 oeufs
  • 175g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 2 à 3 cuillères à café de thé matcha (à adapter selon votre goût)
  • 35g de Nutella

Faire fondre le beurre. Fouetter les oeufs avec le sucre, puis ajouter la farine et la levure et mélanger. Verser le beurre fondu et mélanger.

Prendre un 2e récipient dans lequel vous verserez environ 150g de la pâte obtenue. Y ajouter le Nutella et mélanger.

Ajouter le thé matcha au restant de pâte et mélanger.

Beurrer un moule à cake et tapisser le fond d’une couche de pâte au matcha. Verser dessus la pâte au Nutella, puis le restant de la pâte au matcha. Prendre une fourchette et mélanger un peu la pâte comme si vous dessiniez un ressort couché dans le moule (en 3D – désolée pour la comparaison bizarre mais je ne sais pas comment l’exprimer autrement ^^).

Cuire environ 40 min à 180°C.

Le cake a bien plus, un repas à 5 et il n’en restait plus =)

Cadeaux d’anniversaire

•11/07/2011 • Un commentaire

Il y a quelques jours, c’était mon anniversaire et j’ai été gâtée pour la pâtisserie!!!

D’abord mon chéri m’a offert (je lui avais très fortement soufflé) Pâtisserie! L’ultime référence de Christophe Felder – Editions de la Martinière.

Bon alors d’accord, la couverture est un peu flashy… Mais sinon, ce bouquin est tip top : on a toutes les bases (et plus) de la pâtisserie en pas à pas, avec photos! Il s’agit en fait d’une compilation des livres de la collection « Leçons de pâtisserie » du même auteur, sauf que c’est beaucoup moins cher que d’acheter le tout. A bon entendeur…

Ensuite, ma soeur m’a offert les livres de Ladurée :

Les deux livres sont dans des boîtes similaires aux boîtes de macarons de la célèbre maison. Les livres ont une couverture matelassée toute douce et la tranche est argentée. La classe! Le maître-mot pour le salé, c’est l’originalité des recettes comme avec la religieuse tomate mozarella, une idée qu’il faudra que j’essaie! Pour le sucré, c’est tout ce qui a fait la renommée de la maison, miam!

Enfin, ma best friend m’a offert La bible des macarons et mignardises de Sylvie Aït-Ali – Editions ESI. Une vraie mine d’idées pour les macarons et autres petits gâteaux. J’ai du boulot avec tout ça!

Et le meilleur pour la fin. Ma best friend (encore elle ^^) m’a offert THE cadeau, le cadeau qui ne fait que confirmer que ma meilleure amie, c’est « the best of all » =D …

Un cours de pâtisserie à l’Ecole Lenôtre !!! Alors d’abord je dois dire que l’accueil est super, très cordial et gentil. Dans un lieu aussi classe (c’était sur les Champs Elysées en plus), on se sent comme une petite princesse. Sauf que la petite princesse ressemblait plutôt à un chien trempé grâce à la pluie et aux préparations du défilé du 14 juillet!

Le chef est adorable : très sympa et hyper pédagogue! En plus, il nous appelle « les chefs », ça fait du bien à l’ego. Nous étions juste un groupe de 4, ce qui nous a permis de tous pouvoir regarder quand le chef nous montrait ce qu’il fallait faire. En fait, on prépare tous les 4 les ingrédients pour 4 pâtisseries. Donc en fait on met tous un peu la main à la pâte à chaque étape. A la fin, chacun a monté sa propre pâtisserie. Pour nous, c’était une charlotte aux fruits rouges et à la dragée rose :

Ca donne envie de faire tous les cours!!!

Merci encore de m’avoir gâtée!

Minis éclairs roses surprises

•05/07/2011 • Un commentaire

Retour sur des petites douceurs que j’ai faites il y a un peu plus de 2 semaines pour ma meilleure amie et son chéri (pour me faire pardonner des macarons au citron ^^).

Je leur ai fait des minis éclairs roses à différents parfums.

J’ai d’abord préparé le fondant blanc en avance suivant la recette de Patrick du blog « Des tartes… et des gâteaux ». Sinon vous pouvez l’acheter tout prêt dans les boutiques spécialisés comme G.Detou à Paris ou en ligne sur Meilleur du chef.

Le jour J, j’ai préparé la pâte à choux avec les ingrédients suivants (recette tirée de mini pâtisseries MAISON – Collection Mes envies de cuisine – Orathay Souksisavanh et Vania Nikolcic – Editions Marabout):

  • 1/2 cuillère à café de sucre
  • 70g de farine
  • 1/4 de cuillère à café de sel
  • 6 cL lait + 6 cL d’eau
  • 55g de beurre
  • 2 oeufs

Faire bouillir le lait, l’eau, le beurre, le sucre et le sel. Hors du feu, ajouter la farine d’un coup et remuer jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Remettre sur le feu et remuer jusqu’à ce que la pâte ne colle plus. Ajouter les oeufs préalablement battus un par un.

Dresser des bâtonnets à la poche à douille (environ 6 cm de long sur 1.5 cm de large).

Préchauffer le four à 250°C, puis enfourner 25 minutes à 160°C. Personnellement, j’ai dû faire 2 fournées. La première a bien gonflé alors que la seconde pas du tout. Je pense que c’est dû au fait que je n’ai pas remis le four à 250°C avant la 2e fournée.

Ensuite j’ai préparé 3 crèmes pâtissières : une à la rose, une à la fraise et une à la cerise.

Pour celle à la rose, j’ai utilisé :

  • 17 g de sucre
  • 7g de maïzena
  • 8 cL de lait
  • 1 jaune d’oeuf
  • 1 cuillère à soupe d’eau de rose

Porter le lait à ébullition. Fouetter le jaune d’oeuf avec le sucre, puis la maïzena. Verser la moitié du lait bouillant sur le mélange et remettre dans la casserole. Remuer jusqu’à ébullition. Ajouter l’eau de rose une fois la crème refroidie.

Pa rapport à la recette avec de la farine, il paraît que la crème pâtissière est plus légère avec de la maïzena.

Pour les crèmes pâtissières aux fruits, j’ai trouvé la recette sur le site de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française et je l’ai adaptée pour avoir le parfum de fruit voulu:

  • 100g de jus de fruit (Pago, c’est meilleur et il y a du choix)
  • 1 jaune d’oeuf
  • 12g de sucre
  • 5g de farine
  • 5g de maïzena

La méthode est la même que la crème pâtissière classique sauf que le jus de fruit remplace le lait.

Si comme moi vous avez pensé que le jus de fruit est déjà sucré et qu’il n’y a pas besoin d’ajouter du sucre, je vous arrête net : après avoir fait la crème pâtissière à la fraise et l’avoir trouvée trop sucrée, j’ai fait la crème à la cerise sans sucre… J’ai eu des grumeaux (hallucinant sur une si petite quantité) et finalement avec la pâte à choux l’acidité du fruit ressortait plus. Donc, très mauvaise idée!

Une petite remarque, faire la crème pâtissière à chaque fois pour une si petite quantité d’oeuf a été assez laborieux : on enlève une bonne partie à chaque fois qu’on transvase d’un récipient à un autre (même en raclant bien, oui) et il n’y a pas grand chose à remuer (et attention ça brûle vite!). D’ailleurs, j’étais vraiment limite en quantité pour garnir les éclairs. Je vous conseille de faire des plus grosses quantités ou alors de ne faire qu’un seul parfum.

Le dressage : on remplit les éclairs à la poche à douille en les ayant préalablement percés en 3 points, ou alors (version bourrine) on coupe l’éclair en deux et on garnit à la cuillère ou au couteau.

Faire chauffer le fondant blanc à 35-37°C et ajouter du colorant rouge (une bonne dose – genre 10 gouttes). Bien mélanger et tremper les éclairs dedans. Lisser le fondant (je savais pas qu’il fallait le faire et c’est pas beau).

Et voilà!

Bon, la présentation laisse à désirer, mais je vais travailler ça. Pour les parfums, ma copine a tout aimé, son chéri a préféré la cerise et moi la rose! Chacun ses goûts!

Pour le fondant blanc, il devait être un peu raté car il a fondu en partie lors du transport😦 Et je trouvais qu’on sentait trop la texture du sucre.

Evaluation en milieu de travail

•05/07/2011 • 8 commentaires

Désolée, je vous ai laissés presque un mois sans nouvelle, mais me voilà de retour!

Pendant ce mois, je n’ai pas chômé puisque j’ai effectué une évaluation en milieu de travail dans une boulangerie-pâtisserie artisanale de mon quartier. Kézako?

L’évaluation en milieu de travail (EMT) est en fait un stage d’une durée maximale de 80h dans le cadre d’une convention entre vous, le Pôle Emploi et l’employeur. Il s’agit donc d’une prestation uniquement destinée aux demandeurs d’emploi (désolée pour les autres…). Selon son budget, le Pôle Emploi peut indemniser jusqu’à 2 euros de l’heure l’entreprise qui va vous accueillir. Vous avez des EMT soit pour découvrir le métier qui vous intéresse (pour une reconversion par exemple), soit pour valider que vous avez les compétences requises pour un métier. Comment ça marche?

1. Demandez à votre conseiller Pôle Emploi si il est d’accord pour que vous effectuez une EMT dans le domaine qui vous intéresse (pâtisserie!!!).

2. Trouvez une entreprise qui accepte de vous prendre en EMT.

Attention, là, ça se corse…

3. Convainquez (ça sonne bizarre mais oui c’est le bon mot) l’entreprise de téléphoner au Pôle Emploi pour demander une EMT avec vous, en indiquant votre identifiant et autres documents demandés. Normalement, l’entreprise devra se déplacer au Pôle Emploi pour signer la convention. Là, vous vous dites que c’est presque mission impossible, mais ne vous inquiétez pas, on peut toujours s’arranger quand on est de bonne volonté😉

4. Allez! Au boulot! Pour moi, c’était réveil à 3h15 pour démarrer à 4h et finir à midi.

5. N’oubliez pas de faire remplir à l’entreprise la fiche d’évaluation et de la renvoyer au Pôle Emploi (c’est ce qui va leur permettre d’avoir les sous!). Personnellement, j’ai demandé à ce qu’on la remplisse ensemble afin d’avoir en même temps un retour sur mon travail.

Ce fut une très bonne expérience pour moi car le pâtissier m’a laissé mettre la main à la pâte dès le premier jour et a été très pédagogue. En plus, il me répondait sans tabou à toutes mes questions (professionnelles voyons!), il n’essayait pas de garder ses secrets de fabrication ou autres. Le bilan pour moi :

– La 2e semaine, je préparais la crème pâtissière toute seule (pour 6 litres de lait… Il y a de la crème pâtissière dans presque tout ^^)

– J’ai doré et cuit les viennoiseries

– J’ai monté des éclairs et des religieuses, des tartes aux framboises et aux fraises, des fraisiers et des framboisiers

– J’ai participé à la confection de différents appareils, garnitures et pâtes (appareil citron, appareil à quiche, meringue italienne, crème mousseline, pâte sucrée, pâte feuilletée).

En 2 semaines, j’ai donc pu voir une grande partie des activités d’un pâtissier, et même si physiquement c’était dur, je suis très contente de cette expérience! A vous qui souhaitez vous reconvertir, je vous le conseille, surtout que ça vous donne un avantage sur votre CV!

Macarons au citron – Recette de Pierre Hermé

•09/06/2011 • 2 commentaires

Encore une recette tirée de l’excellent livre Pierre Hermé MACARON – Editions Agnès Viénot (un super cadeau de ma soeur ^^).

Pour la crème au citron, il vous faut :

  • 75g d’oeufs entiers (en fait j’ai mis 1 oeuf plus un peu de blanc que j’avais en trop pour les biscuits)
  • 80g de sucre en poudre
  • 53g de jus de citron frais (le jus de la petite bouteille en forme de citron marche très bien aussi, surtout qu’en ce moment j’ai du mal à trouver de beaux citrons)
  • 113g de beurre
  • 33g de poudre d’amandes

Dans une casserole, fouetter l’oeuf avec le sucre en poudre, puis ajouter le jus de citron et mélanger. Le mélange doit être bien homogène. Mettre à feu doux (ou encore mieux au bain-marie) et porter à 83°C (température d’épaississement du mélange) en fouettant continuellement. Le mélange a l’aspect suivant :

Laisser refroidir à 50°C (j’ai attendu une dizaine de minutes) et ajouter le beurre coupé en morceaux.

Fouetter jusqu’à ce que le beurre soit complètement fondu.

Verser dans un plat à gratin, filmer et mettre au réfrigérateur au moins 2h. On ajoutera la poudre d’amandes juste avant le montage des macarons.

Pour le « biscuit », la recette est la même que pour les macarons à la vanille. Il faut juste ajouter du colorant jaune au premier blanc d’oeuf (celui qui n’est pas fouetté). J’en ai mis 2g et voici de quoi ça a l’air avec le blanc d’oeuf (on dirait un vrai oeuf avec le jaune cassé :p ). Ah oui, et la cuisson est légèrement plus longue à cause du colorant liquide.Allez, je suis gentille, je vous copie-colle/corrige la recette (avec photos en prime):

Pour une vingtaine de macarons:

  • 100g de poudre d’amandes
  • 100g de sucre glace
  • 37g de blanc d’oeuf (environ 1 oeuf)
  • 2g de colorant jaune
  • 100g de sucre en poudre
  • 25g d’eau minérale
  • 37g de blanc d’oeuf (à nouveau)

Tamiser la poudre d’amandes avec le sucre glace. Ajouter le premier blanc d’oeuf mélangé au colorant jaune.


Mettre le 2e blanc d’oeuf dans un saladier beaucoup plus grand afin d’éviter les projections dans la cuisine (je parle d’expérience…).

Faire bouillir l’eau et le sucre. Quand le mélange atteint 115°C (début de l’ébullition), commencer à fouetter le 2e blanc d’oeuf. A 118°C (grosse ébullition – normalement le temps d’avoir les blancs qui ont bien monté), retirer le sirop du feu et le verser en filet sur les blancs en neige tout en continuant à fouetter. Attendre que la meringue refroidisse à 50°C.

Voilà l’aspect du sirop à 118°C:

Et celui de la meringue une fois montée (remarquez les projections de sucre qui remontent bien haut sur les bords du saladier…) :

Incorporer délicatement la meringue au mélange poudre d’amandes/sucre glace. Une fois le mélange homogène, « macaronner » la pâte : fouetter en zizgag la pâte juste le temps de parcourir le saladier et répéter jusqu’à ce que la pâte forme un ruban. Dresser sur une plaque avec une poche à douille et taper la plaque sur le plan de travail (cela donne une meilleure forme aux macarons). Laisser croûter les macarons 30 min (la pâte ne doit plus coller quand on met le doigt dessus).

Pendant ce temps, préchauffer le four à 180°C. Une fois les macarons croûtés, les enfourner 10 à 12 min en retournant la plaque à mi-cuisson.

Monter les macarons à la poche à douille ou à la petite cuillère. Et voilà! Le goût de beurre dans la crème au citron était assez prononcé sur le moment, mais le lendemain il était beaucoup plus discret. Le biscuit était bien moelleux de suite, j’aurais presque pu tout manger tout de suite!

Pâte sucrée

•07/06/2011 • Laisser un commentaire

La pâte sucrée est la première pâte à tarte que j’ai fait moi-même, pour les besoins d’une tarte au citron meringuée. J’ai trouvé la recette (de la pâte et de la tarte) sur le site Meilleur du chef, qui propose pas mal de recettes sympas, souvent avec photos, et parfois même des vidéos.

La pâte sucrée est en fait une pâte sablée sucrée, excellente pour la tarte au citron, ou des tartes aux fruits avec de la crème d’amandes. Elle est très simple et rapide à faire, et elle est tellement meilleure que les pâtes à tarte toutes prêtes que ça vaut le coup de … mettre la main à la pâte😉

Pour une tarte de 6/8 parts, il faut donc :

  • 250g de farine
  • 100g de beurre
  • 100g de sucre glace
  • 1 oeuf
  • 1 pincée de sel
  • quelques gouttes d’extrait de vanille

Sortir le beurre du réfrigérateur, le couper en petits morceaux et le laisser ramollir un peu. Si le beurre n’est pas complètement ramolli, ce n’est pas grave, la recette fonctionne quand même, c’est juste un peu plus difficile à mélanger. Personnellement, le beurre se tient encore pas mal quand je l’utilise, car je n’aime pas beaucoup l’idée de laisser du beurre à température ambiante trop longtemps (pour des raisons d’hygiène).

Dans un saladier, mélanger le beurre et le sucre glace. Ajouter l’oeuf et l’extrait de vanille, et mélanger. Si le mélange n’est pas complètement homogène à cause des morceaux de beurre encore un peu durs, ce n’est pas un problème, mais il faut essayer de bien mélanger le sucre et l’oeuf.

Ajouter la farine et mélanger autant que possible à la cuillère en bois. Je m’arrête quand quasiment toute la farine est mélangée au reste de la pâte. Comme ça, on ne s’en met quasiment pas sur les doigts :p

Terminer à la main, en commençant par mettre ses mains dans la farine (toujours pour ne pas trop en avoir sur les mains), jusqu’à l’obtention d’une boule homogène. A ce stade, j’ai juste le gras du beurre sur les doigts, donc un peu de savon et c’est parti.

Filmer la pâte et la laisser reposer au frais.

Etaler la pâte, puis la placer dans un moule à tarte et pincer les bords. Je suis particulièrement fan de l’étalage sur feuille de papier sulfurisé, ce qui permet de mettre directement la pâte dans le moule comme une pâte toute prête! La méthode n’est pas très conventionnelle, mais au moins je ne risque pas de casser la pâte et je salis moins mon plan de travail.

Cuire la pâte à blanc 15 min à 150°C (20 min si vous voulez que la pâte soit plus dorée).

Maintenant, on peut garnir la tarte de lemon curd, de crème d’amandes et de fraises, de ganache au chocolat ou de tout ce qui peut vous passer par la tête.

Aki Boulangerie

•06/06/2011 • Un commentaire

J’ai découvert Aki Boulangerie grâce à ma best friend Erato, qui avait quelques emplettes à y faire. Il s’agit d’une boulangerie typiquement japonaise située dans la rue Sainte-Anne, LA rue parisienne des restaurants japonais. Les employés sont souriants (et japonais ^^) et serviables. On y trouve du pain (évidemment), des sandwichs et boissons (japonais),  mais aussi des viennoiseries (brioches à la crème pâtissière, melon pan, …) et surtout des pâtisseries !!!

Il est possible de manger sur place : il y a une petite terrasse pour les beaux jours (mais il faut avouer que la rue Sainte-Anne n’est pas le cadre le plus idyllique…) et des tables au rez-de-chaussée et en sous-sol. On est servi sur des plateaux genre fast-food, c’est pas très classe, mais les pâtisseries sont tellement bonnes…

J’y suis allée avec mon homme et nous avons pris un tiramisu au thé matcha pour lui et un éclair au yuzu pour moi. Comme d’habitude, j’ai droit à une bouchée de son assiette, alors je peux vous commenter les deux😉


Vous connaissez le yuzu, ce petit agrume japonais hyper tendance en ce moment? Un bon produit pour revisiter le classique éclair. La crème pâtissière est donc aromatisée au yuzu, c’est frais et léger, et on garde bien le goût de l’agrume en bouche. La pâte à chou est parfaite : légèrement croustillante puis bien moelleuse quand on croque dedans. Je n’en ai fait qu’une bouchée! Le tiramisu au thé matcha est délicieux : on sent bien le goût du thé, les biscuits cuiller sont bien verts et ont également le parfum du thé, la crème est légère. J’ai presque regretté de ne pas en avoir pris un…

Et grâce à ma best friend, j’ai pu goûter la brioche à la crème pâtissière, qui est juste une tuerie. La crème est onctueuse et légère, et la brioche bien moelleuse. Ca se mange sans faim/fin!

Les prix sont un peu plus élevés que ceux d’une boulangerie de quartier (exclusivité oblige), mais bien moins chers que chers que dans les grandes maisons : 3,5 euros l’éclair, 4 euros le tiramisu.

Aki Boulangerie
11 Rue Sainte-Anne, 75001 Paris
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.